Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Je pense à toi Desnos..."

Louis Aragon

"Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie
Là-bas où le desti
n de notre siècle saigne"

("Complainte de Robert le diable" extrait du recueil Les Poètes publié en 1960)

Louis Aragon a écrit un poème pour rendre hommage à Robert Desnos. Jean Ferrat l'a mis en musique, dans une chanson appelée "Robert le Diable".

"Comme un soir en dormant" : Les expériences de sommeil hypnotique permettaient aux poètes surréalistes et à Desnos d'utiliser leurs rêves comme source d'inspiration.

"Accomplir jusqu'au bout ta prophétie" Desnos a-t-il vraiment rêvé un jour ce que serait son destin, un voyage sans retour ?

"Je pense à toi Desnos..."

Un dessin prémonitoire ?

Un cœur pierre tombale, "Ci-gît Robert Desnos", des rails de chemin de fer qui conduisent "là-bas..."

"Je pense à toi Desnos..."

Louis Aragon évoque Desnos dans un autre poème :

" Lorca Maïakovski Desnos Apollinaire
Leurs ombres longuement parfument nos matin
s"

(dans le poème " Ainsi Prague a perdu...").

Aragon avait pourtant, en 1930, violemment critiqué Desnos et son recueil "Corps et biens" (au moment où Breton "excommuniait" Desnos du mouvement surréaliste), le qualifiant d' ''être nul, (de) spécialiste du cafouillage lyrique,(de) dindon à mettre à toutes les sauces..."

("corps, âme et biens"

in LE SURRÉALISME AU SERVICE DE LA REVOLUTION N°1, juillet 1930 pp 13-15)

Malgré leur opposition littéraire dans les années 30, Aragon a rendu hommage à Robert Desnos.

Tag(s) : #Robert Desnos 1944 1945, #oeuvres

Partager cet article

Repost 0